L’exposition « Back from Kyoto » présente les 88 Gestuelles de Manuela Paul-Cavallier. Elles comme autant de jours de résidence à la Villa Kujoyama, Institut Français de Kyoto et Fondation Bettencourt-Scheller. Du 25 mars au 15 avril 2015.

Un travail de recherche sur l’esthétisme de la soustraction composé avec un pinceau français large et rigide en utilisant une encre d’un noir profond sur un papier japonais.
Dans un lâcher-prise, Manuela fait vibrer l’encre en finesse et continuité d’un seul geste abstrait.
Une étude qui retranscrit une émotion journalière dans l’inconditionnelle variation de l’unicité répétitive. Chaque sensation en apparence définie est un dynamisme inconstant et fluctuant, exprimé par le lâcher prise du pinceau.
Sa résidence à Kyoto s’est développée autour de la calligraphie et de l’épure dans l’art japonais. Cette recherche est le point initial de ses compositions sur fond d’or.